Les chauves-souris

Rhinolophes, sérotines, oreillards, noctules, pipistrelles, murins, ... sont quelques-uns des noms de genre des chauves-souris d'Europe. Il existe environ un millier d'espèces de chauves-souris à travers le monde. Elles sont classées dans deux familles : les mégachiroptères (roussettes et autres) et microchiroptères. Ces derniers regroupent toutes les espèces que l'on peut trouver en Europe. La Corse est une des régions française (métropolitaine) à accueillir le plus grand nombre d'espèces de chauves-souris. En effet, il est possible d'observer 22 espèces sur 34 présentes en France métropolitaine. Mais les progrès de la génétique et d'autres techniques permettent de reconnaître maintenant des espèces qui étaient confondues il y a encore quelques années et il n'est pas exclu de trouver encore de nouvelles espèces en Europe, et peut-être un jour en Corse (il y a bien un espèce endémique à la Sardaigne !).

Les chauves-souris sont sans doute le meilleur insecticide qui soit, après les oiseaux ... ! Une pipistrelle (la plus petite des chauves-souris 3-4 grammes) mange chaque nuit 1 gramme de moustiques (et autres bébêtes), c'est à dire environ 1000 moustiques!! Ainsi, on comprend bien que les chauves-souris sont un des symboles du bonheur dans certains pays asiatiques ! Voilà pourquoi les chauves-souris sont des animaux protégés en France et que plusieurs structures oeuvrent pour améliorer les connaissances sur ces espèces et assurer leur préservation.

En Corse, le Groupe Chiroptères Corse réalise de nombreux travaux sur les Chiroptères : comptage des gîtes hivernaux ou de reproduction, capture des individus avec des filets, pose d'émetteurs pour un radio-pistage,... Les chauves-souris étant des espèces protégées leur capture nécessite une autorisation spéciale.

Les chauves-souris émettent des ultra-sons pour se dirigier et capturer leurs proies. Dans certaines conditions, une identification des espèces est possible par écoute et analyse de ces ultra-sons à l'aide d'appareils adaptés. Cette technique a l'avantage de ne pas manipuler ni déranger les individus (comme la capture ou les comptages) et constitue une méthode d'inventaire relativement précise que nous utilisons avec Geobiodiversita.

© 2016